une rangée de serveurs informatiques bleus avec des lumières vertes clignotantes.

Rencontrez Travis Spilak

Contenu principal

Shan Noyes est aveugle au sens de la loi. Il a travaillé chez SaskTel, à Regina, pendant plus de 25 ans, à titre d’analyste technique. 

Son superviseur, Travis Spilak, a travaillé avec lui pendant plus de six ans. « Je ne pense pas que mon expérience de travail avec Shan ait été très différente de mon expérience avec n’importe quelle autre personne. »

M. Spilak avait auparavant travaillé avec Ian Widdup, un autre employé de SaskTel qui est aveugle, et il a trouvé les deux expériences positives.

« Même si les personnes aveugles ou ayant une vision partielle peuvent avoir des besoins précis dont il faut tenir compte au travail, leur situation n’est pas vraiment différente de celle d’autres collègues. » 

Les mesures d’adaptation requises pour M. Noyes ont été mineures. On lui a fourni un bureau fermé afin que le logiciel et le téléphone avec fonctions vocales qu’il utilise ne dérangent pas ses collègues. Son bureau privé faisait également en sorte que son chien-guide, Danson, ne soit pas perturbé.

M. Noyes disposait également d’un clavier braille, d’un scanneur braille et d’un logiciel de reconnaissance optique des caractères. Il avait des plages de travail flexibles tenant compte des horaires du réseau de transport en commun.

Pour SaskTel, la diversité en milieu de travail est une plus-value.

M. Noyes est d’accord. « Ne vous arrêtez pas au fait qu’une personne a une vision partielle. Concentrez-vous plutôt sur les répercussions positives que cette personne peut avoir sur votre entreprise. »