3.	Photo d’une mère et d’un père assis sur un divan avec leurs deux enfants qui regardent une émission de télé avec vidéodescription.

Canadians urged to submit intervention to CRTC in support of described video

Contenu principal

Les Canadiens aveugles avaient hâte d’obtenir la vidéodescription de toutes les émissions diffusées aux heures de grande écoute en septembre 2019, tel qu’exigé par le Conseil de  la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC). 

Mais maintenant Bell Media Inc., Corus Entertainment Inc. et Rogers Media viennent de déposé une demande au CRTC visant à les exempter de cette condition de licence et à les autoriser à diffuser sans vidéodescription les émissions non canadiennes reçues moins de 72 heures avant leur diffusion. D’autre part, TVA, un grand radiodiffuseur québécois, a demandé au CRTC d’assouplir encore davantage les conditions de sa licence. Un tel changement aux conditions de la licence de TVA retarderait encore davantage la disponibilité de la vidéodescription pour la programmation télévisuelle en français et en anglais.

En 2015, le CRTC a fait part de son intention d’augmenter la disponibilité de la vidéodescription et exigé de certains radiodiffuseurs canadiens de mettre en ondes quatre heures de vidéodescription par jour aux heures de grande écoute (de 19 h à 23 h) en septembre 2019.   

« Les radiodiffuseurs canadiens auraient dû s’affairer à trouver des solutions plutôt qu’à déposer au Conseil des demandes de modification de cette condition de licence à l’approche de l’entrée en vigueur de la nouvelle exigence », déclare le président et chef de la direction de la Fondation INCA, John Rafferty. « Si les radiodiffuseurs canadiens ne précisent pas dans leurs ententes commerciales qu’ils veulent que les émissions reçues des États-Unis s’accompagnent de la vidéodescription à la livraison, il est alors déraisonnable de leur part de s’attendre à ce que la programmation acquise s’accompagnera de la vidéodescription ».

« La nécessité d’enrichir la programmation en vidéodescription au Canada aura aussi pour effet d’augmenter la disponibilité de cette programmation aux États-Unis, étant donné que les producteurs ici devront ajouter la vidéodescription pour se conformer à l’exigence canadienne », fait remarquer le président de la National Federation of the Blind (NFB), Mark Riccobono. « En tant qu’organisation de personnes aveugles la plus ancienne et la plus grande aux États-Unis, c’est avec plaisir que la National Federation of the Blind se joint à cet effort pour faire entendre la voix authentique des personnes aveugles des États-Unis dans cette conversation et assurer que l’utilisation de la vidéodescription soit bien priorisée dans le monde de la radiodiffusion, tout en faisant progresser l’art d’utiliser la vidéodescription pour améliorer l’information et le divertissement proposés à toutes les personnes aveugles en Amérique du Nord. »

Pour 1,5 million de Canadiens non-voyants ou ayant une déficience visuelle, la vidéodescription n’est pas seulement une façon d’accéder à un divertissement. Elle met tout le monde sur un même pied d’égalité en permettant à tous d’apprécier la culture populaire et de participer aux conversations quotidiennes « autour de la machine à café », plutôt qu’être exclus parce que de la dernière émission n’a pas passé en vidéodescription.

 « À seulement 28 heures d’émissions en vidéodescription par semaine, il y a encore amplement place à amélioration », ajoute M. Rafferty. « Quatre heures d’émissions en vidéodescription au cours des heures de grande écoute sont déjà insuffisantes et l’assouplissement des conditions de la vidéodescription écarte encore davantage de la télévision accessible les personnes ayant une perte de vision. »

Les Canadiens non-voyants ou ayant une déficience visuelle paient le même prix pour la programmation que les autres abonnés et en ce sens, ils ont droit à une expérience de visionnement à la hauteur de leurs besoins d’accessibilité. Des mesures d’adaptation analogues ont été consenties aux personnes sourdes ou malentendantes. En fait, l’entièreté du contenu canadien doit s’accompagner d’une option de sous-titrage codé dans ce segment d’auditoire.

La Fondation INCA exhorte les Canadiens à faire part au CRTC de leur avis quant à savoir s’il doit ou non donner son aval à la modification des conditions de licence de Bell Media Inc., Corus Entertainment Inc. et Rogers Media Inc. 

Nous vous prions d’exprimer votre point de vue sur cette très importante question en présentant votre propre intervention au CRTC ici ou visitez la page inca.ca/fr/vd .

La date limite pour soumettre une intervention est le 16 mai 2019 jusqu’à 20 h, la Journée mondiale de sensibilisation à l'accessibilité – une journée qui met l’accent sur les problèmes d’accès et d’inclusion pour les personnes en différentes situations de handicap.

Au sujet de la Fondation INCA

INCA est un organisme sans but lucratif qui vise à changer ce que cela veut dire que d’être aveugle. Nous fournissons des programmes innovateurs et des initiatives de défense des droits qui amènent les personnes touchées par la cécité à réaliser leurs rêves en éliminant les barrières pour favoriser l’inclusion. Notre travail en tant que fondation pour les personnes aveugles repose sur un réseau de bénévoles, de donateurs et de partenaires d’un bout à l'autre du pays. Pour en savoir davantage ou pour participer, visiter notre site inca.ca.

Au sujet de National Federation of the Blind

La National Federation of the Blind (NFB), dont le siège social est à Baltimore, est l’organisation de personnes aveugles la plus ancienne et la plus grande aux États-Unis. Fondée en 1940, la NFB se subdivise en affiliés, en sections et en division dans les cinquante États, Washington, DC, et Puerto Rico. La NFB défend les droits des personnes aveugles de tous âges et fournit de l’information et du soutien aux familles ayant des enfants aveugles, des Américains âgés qui perdent leur vision, et bien d’autres. Nous croyons aux espoirs et aux rêves des personnes aveugles et travaillons ensemble pour les transformer en réalité. Pour en savoir davantage sur nos programmes et nos initiatives de toutes sortes visitez notre site à l’adresse nfb.org.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

COPIE DE DIFFUSION :

INCA exhorte les Canadiens à appuyer l’accès à la vidéodescription, après que trois radiodiffuseurs aient déposé une demande d’exemption au CRTC.

Le CRTC a exigé que certains radiodiffuseurs canadiens mettent en onde quatre heures d’émissions en vidéodescription par jour au cours des heures de grande d’écoute (19 à 23 h) au plus tard le 1er septembre 2019.

Pour faire part de votre avis quant à savoir si le CRTC doit ou non accorder l’autorisation de modifier les conditions de licence de Bell Media Inc., Corus Entertainment Inc. et Rogers Media Inc. avant la date limite du 16 mai, allez à la page inca.ca/fr/vd.

-30-

Relations avec les médias :

Devin Sturge

Communications INCA

(902) 453-1480, poste 5709

devin.sturge@cnib.ca

 

Chris Danielsen

National Federation of the Blind

1-410-262-1281

CDanielsen@nfb.org

Articles additionnels