Deux trottinettes électriques l’une à côté de l’autre sur un trottoir. Les feux de freinage clignotent en rouge.

Les personnes présentant une déficience visuelle omises dans le projet pilote de trottinettes électriques à Ottawa

Contenu principal

Alors que le projet pilote de trottinette électrique de la Ville d’Ottawa tire à sa fin, la Fondation INCA a mené des consultations auprès de la communauté de personnes présentant une déficience visuelle afin de recueillir leurs commentaires sur leurs expériences à l’égard du projet. Cette consultation découle en grande partie du défaut de consultation publique en règle entre la ville d'Ottawa et la communauté des personnes en situation de handicap, mis à part deux présentations au Comité consultatif sur l'accessibilité de la ville par les sociétés de trottinettes électriques en février et septembre 2020.

Nous avons été profondément troublés par des articles (dont un récemment publié dans le Toronto Star) qui font état du succès du projet pilote, sans faire allusion aux expériences des résidents les plus vulnérables - les personnes âgées et les personnes en situation de handicap à Ottawa. 

Selon l’Enquête canadienne sur l'incapacité (ECI) de 2017, 5,4 % des Canadiens sont aveugles ou ont une vision partielle, et 22,5 % des Canadiens sont en situation de handicap. Selon le recensement de 2016, cela signifie que 53 751 résidents d'Ottawa ont une perte de vision et 223 838 sont en situation de handicap. 

On ne sait pas non plus quels critères la ville d'Ottawa utilise pour déterminer si le projet pilote doit être prolongé l'année prochaine, en dehors du nombre d'usagers et du nombre de plaintes, qui ne représentent qu'une faible mesure du problème en question tel qu'il a été soulevé par nos représentants élus à la ville. 

En octobre, la Fondation INCA, l'Alliance pour l'égalité des personnes aveugles du Canada et le Conseil canadien des aveugles (sections d'Ottawa) ont organisé une assemblée publique locale à l’intention des personnes ayant une perte de vision afin de faire part de leurs points de vue sur projet pilote de trottinette électrique. Il n'est pas surprenant que nous ayons entendu de nombreux témoignages sur les problèmes d'accessibilité, notamment les trottinettes électriques dangereusement garées sur le trottoir, sur les piétons aveugles ou ayant une vision partielle qui ont été blessés par des personnes circulant sur le trottoir, et sur l'impact énorme qu’ils peuvent avoir sur le sentiment de confiance et de sécurité personnelle des personnes lorsqu'elles marchent à Ottawa.

« Si nous voulons bâtir un Canada sans barrières et inclusif, autoriser les trottinettes électriques dans nos villes serait un grand pas en arrière. Les trottinettes électriques sont de véritables barrières physiques dans nos rues et continueraient à poser des problèmes d'accessibilité pour nos citoyens les plus vulnérables », déclare Nolan Jenikov, résident d'Ottawa.

Fran Cutler, résidente d'Ottawa et avocate, a également souligné les inquiétudes concernant la validité et l'exactitude de toutes les données recueillies au cours du projet pilote. 

« Cette expérience est menée pendant une pandémie où nos résidents les plus vulnérables sont encouragés par les responsables de la santé publique à rester chez eux et à éviter de sortir à l'extérieur. Comme il y a moins de citoyens vulnérables actifs dans la communauté, les données recueillies au cours de ce projet pilote témoignent pas de la situation habituelle. En outre, la majorité des participants aux groupes de discussion ont indiqué qu'ils ne savaient pas comment signaler des problèmes causés par les trottinettes électriques en raison d'un manque total de communication de la part de la ville ou des entreprises de trottinettes. »

Comme le projet pilote tire à sa fin, la Fondation INCA soumettra un rapport à la ville d'Ottawa et aux sociétés de trottinettes électriques qui présentera les recommandations que nous formulons au sujet de l’utilisation des trottinettes électriques à la ville d'Ottawa. Nous demandons instamment à la ville d'Ottawa de mener d'autres consultations auprès de la communauté des personnes en situation de handicap et les parties prenantes concernées afin de s'assurer que, quelle que soit la décision prise par la ville, elle ne crée pas d'obstacles supplémentaires dans la ville.

Pour de plus amples renseignements, s’adresser à :

Kathleen Forestell
Chef de programme, Défense des droits et Sensibilisation (Ontario Est)
Fondation INCA
Kathleen.Forestell@cnib.ca
T: 343-998-6811

Articles additionnels