information

Pour un contenu pertinent pour votre communauté en Ontario, veuillez sélectionner votre région

Une illustration d'un journal peint en jaune. Texte "Dans La Mire"

La force d'un groupe d'entraide

Contenu principal

Lorsque Pascal Marcil a perdu la vue à 30 ans, il a fait appel à INCA pour obtenir du soutien et des ressources. Quelques années plus tard, il a voulu redonner à la communauté qui avait été là pour lui lorsqu’il était dans le besoin. Ancien travailleur de rue, il lui semblait tout naturel de devenir un animateur bénévole de groupe d’entraide à INCA Québec.

Pour les personnes qui ont perdu la vue, établir des liens avec d’autres personnes ayant connu le même sort peut compter beaucoup dans leur vie. « L'impact des groupes est très grand! Certaines personnes ont perdu tout espoir et prendre part à un groupe d’entraide ranime leur flamme, » soutient Pascal, qui a lui-même bénéficié des groupes d'INCA dans le passé. « Le groupe est une force supplémentaire pour passer au travers.» 

Un grand groupe de 17 personnes se réunit dans un groupe de soutien. Ils sont assis en cercle.Les participants des groupes d’entraide hebdomadaires animés par Pascal forment comme une deuxième famille, dans laquelle ils peuvent trouver du réconfort, s'entraider et échanger sur divers sujets sans jugement.

L’un des membres déclare : « Notre limitation visuelle est plus facile à accepter lorsqu'on parle avec d’autres qui sont passés par les mêmes épreuves. » 

Les groupes connectent des personnes aveugles ou ayant une vision partielle, de partout à travers la province, qui n'auraient probablement jamais fait connaissance autrement.  «Je sais que pour certains, cet appel est leur seul moment social de la semaine», témoigne M. Marcil qui constate l'impact des groupes session après session.

«Le groupe m’a donné une motivation durant ma journée et m'a permis de  trouver des ressources, de valoriser la vie en trouvant des façons de palier à mon handicap», résume un autre participant.

Animateur inspirant qui possède un bon sens de l’humour, Pascal est passionné par ce qu'il fait. Il admet que c'est bénéfice pour lui aussi, lorsqu'il voit le bien qu'il fait autour de lui et constate que les participants l'apprécient c’est bon pour son estime.  «Nous avons des échanges très enrichissants, les gens ont des bagages très variés. Tout le monde a quelque chose à apporter au groupe », conclut l'animateur.

Dans les médias

Lisez d’autres articles du numéro de juillet 2019 de Dans la mire:

Articles additionnels